UCM
Flux RSS RSS - Union & Actions, le 18 janvier 2018

publié le 21/12/2017 Imprimer Imprimer en PDF

Publication | Le bimensuel Union & Actions devient le mensuel UCM Magazine

Informer, inspirer et influencer

UCM Magazine (portrait d'entreprise)
Union & Actions tire sa révérence. En janvier, c'est UCM Magazine qui arrivera dans toutes les bonnes boîtes aux lettres. Pour mieux servir les indépendants et les PME...

Née le 10 mars 1927, l'UCM a regroupé en 1967 sous son nom l'ensemble des associations d'indépendants francophones. Elle a aussi rassemblé les publications existantes pour envoyer à ses affiliés un hebdomadaire, La Voix de l'Union. Il a changé de nom en 1997 suite à l'absorption de la Défense sociale, un mouvement établi à Bruxelles et dans le Brabant wallon dans le sillage d'un parti aux accents populistes, l'UDRT. Cette "Union démocratique pour le respect du travail" a envoyé jusqu'à trois députés au Parlement.

Depuis 1997 donc paraît Union & Actions, d'abord hebdomadaire puis bimensuel. Le changement de périodicité s'est fait en 2008, avec un virage vers une formule davantage magazine. En 2012, le format a été réduit, la maquette rafraîchie et le magazine broché. En 2018, après vingt ans d'existence, près de 650 parutions, plus de vingt millions d'exemplaires envoyés par la poste aux indépendants et chefs de PME, Union & Actions disparaît et cède la place au mensuel UCM Magazine.

Continuité 

Si le titre et la périodicité changent, l'ADN ne sera pas bouleversé. Le nouveau mensuel restera un organe d'information, exact et rigoureux, engagé pour la cause des indépendants et des PME. Il sera toujours distribué à environ 40.000 exemplaires, aux affiliés de l'UCM. C'est aussi, de ce fait, un outil de lobbying. Il est bon que les responsables politiques sachent que leurs décisions peuvent être décortiquées, critiquées en bien ou en mal, et que cette analyse va aboutir dans 40.000 foyers.

L'actualité intéressant les indépendants et les PME suivra donc l'éditorial du président. Des pages seront également consacrées aux combats menés localement, sur le terrain, par les UCM provinciales. Une grande interview permettra de décortiquer une question du point de vue d'une personnalité.

Deux ou trois dossiers par numéro aborderont en détail des thèmes divers : cybersécurité, environnement, mobilité, intelligence artificielle, diversité... Trois portraits d'entrepreneurs raconteront de belles ou moins belles histoires, exemplaires ou inspirantes. Des pages pratiques présenteront les nouveautés en matière d'automobile, de matériel de bureau, de publications...

UCM Magazine proposera enfin des rendez-vous, des formations, du réseautage. Pour agrémenter le tout, les illustrations seront davantage soignées. Les "z'ont dit" (citations) et les bons et mauvais points seront mieux présentés. Et le caricaturiste attitré, Philippe Richelle, donnera sa vision de l'actualité.

  

UCM Magazine (la une)

Technique...

Le papier, d'un grammage supérieur et avec une couverture agrafée, restera recyclé et l'impression encore confiée à Remy Roto, entreprise wallonne (Beauraing).

La maquette a été réalisée par une PME namuroise, Hungry Minds, qui a aussi pris en charge l'adaptation du site internet : unionetactions.be devient ucmmagazine.be, avec toujours l'intégralité du contenu en ligne, mais désormais lisible aussi sur tablette et smartphone.

 

-

Plaisir de lire et nécessité de s'informer

Thierry Evens (UCM)

- Thierry Evens, vous êtes rédacteur en chef. Pourquoi avoir décidé une refonte complète d'Union & Actions ?

- Quand j'ai pris en charge la publication de l'UCM, en 2000, c'était un hebdomadaire d'information au sens strict. Pour suivre l'actualité, d'autres outils se sont développés : sites internet, newsletters, réseaux sociaux... C'est pourquoi, en 2008, nous avons évolué vers le magazine. Dix ans plus tard ou presque, nous allons au bout du processus.

 

- C'était nécessaire ?

- Nécessaire, non. Une enquête réalisée cette année auprès des affiliés UCM a montré que 82 % d'entre eux trouvaient Union & Actions intéressant ou très intéressant. C'est un très bon score. Dans les critiques et remarques, beaucoup disaient qu'il y avait "trop à lire" ou qu'ils n'avaient pas le temps de consulter chaque numéro. Le passage au mensuel ne devrait donc pas décevoir les lecteurs, au contraire puisque nous leur proposerons un contenu plus affiné et mieux présenté.

 

- Le changement de nom aussi ?

- Union & Actions est un titre un peu vieillot, qui convenait bien à un hebdomadaire de combat. En choisissant UCM Magazine, nous voulons montrer que l'UCM n'est pas que le mouvement représentatif des indépendants et PME francophones. La défense de leurs intérêts, c'est le cœur de notre action et notre raison d'être. Mais l'UCM est aussi un groupe de services, dont nous voulons montrer la richesse et la diversité. Parce que le groupe de services renforce le mouvement de défense et vice versa.

 

- Que trouvera l'entrepreneur dans UCM Magazine ?

- J'espère un plaisir de lecture ! À voir notre action de défense de ses intérêts, à tirer des infos utiles des dossiers, à lire des histoires inspirantes... Je veux un magazine de contenu, mais digeste, avec une pointe d'humour et un irrespect du politiquement correct. Nous travaillons pour des gens libres et indépendants, nous devons être libres et indépendants.

 

- L'information et la voix des entrepreneurs restent primordiales pour l'UCM ?

- Bien sûr. Le seul parti que nous défendons est celui des indépendants. Cela nous permet d'aborder l'actualité avec un angle original. C'est une plus-value importante par rapport à la presse classique, de pouvoir prendre position, donner des jugements de valeur. J'ai personnellement travaillé pendant dix-sept ans dans des quotidiens d'information générale. Écrire pour le magazine de l'UCM permet d'aller un pas plus loin dans l'analyse.

 

 

Rétrospective publications UCM

Les différentes publications de l'UCM depuis 1955...

Z'ont dit
D'Ahmed Laaouej,

député PS, au Parlement : "Nous allons demander l'audition de l'UCM sur la réforme de l'impôt des sociétés puisque la majorité n'a pas pris la peine de consulter une organisation qui représente 67 % de l'emploi en Belgique." (Le Soir, 18/12/17)

Wallonie - événements d'affaires

Téléchargez la brochure au format pdf (1 Mo)