UCM
Flux RSS RSS - Union & Actions, le 18 novembre 2017

publié le 08/11/2017 Imprimer Imprimer en PDF

Employeurs | Entreprendre sereinement avec le Secrétariat social UCM

La culture, passeport pour une belle vie

Anne Querinjean et Catherine Colot

Anne Querinjean et Catherine Colot.

Après des années passées au bas de la ville de Louvain-la-Neuve, le Musée L déménage au cœur du campus. Premier musée universitaire de grande envergure en Wallonie, il ouvre ses portes dans quelques jours.

En 1981, le journaliste français Louis Pauwels écrivait "Une civilisation sans culture fait des sociétés sans pédagogies"... Ce n'est pas le Musée L qui dira le contraire. Depuis cinq ans, l'équipe travaille pour faire éclore un musée d'un genre nouveau, au cœur même du campus de l'université néo-louvaniste (UCL). Installé place Blaise Pascal à la fin des années septante, le musée ne bénéficiait pas de l'aura que méritent ses nombreuses collections. Décision a donc été prise d'investir l'ancienne bibliothèque des sciences et technologies, dessinée par l'architecte André Jacqmain. "C'est un bâtiment emblématique où tout est possible", déclare Anne Querinjean, directrice du Musée L. "La bibliothèque fonctionnait très bien comme lieu de rencontres, nous en avons profondément rénové et agencé les lieux pour la transformer en musée. Les collections proviennent toutes de donations et legs privés. D'abord des professeurs de l'UCL, ensuite de privés qui ont la volonté de faire découvrir la richesse de ces objets au plus grand nombre. Les collections ont été données à titre de recherche et d'enseignement, pour élargir le champ de vision des visiteurs."

Anne Querinjean a travaillé au service éducatif des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique. La mission de service au public et de diffusion de savoir était déjà bien ancrée, cette historienne de l'art a changé de cap en 2012 pour rejoindre le projet du Musée L. "J'avais envie d'évoluer, c'était un nouveau défi. Les métiers autour d'un musée sont tellement différents que nous sommes obligés de sortir de notre zone de confort en arrivant avec notre propre expérience, c'est enthousiasmant."

Partout, tout le temps 

"L'UCL est attentive à inscrire la culture dans son mode de vie et de fonctionnement. Une culture ouverte sur le monde, pour que chacun d'entre nous développe son esprit critique. Les collections du musée permettent également aux étudiants étrangers en cursus ici de mieux nous découvrir", ajoute Catherine Colot, administratrice de l'asbl Musée Art présent passé, employeur du musée à hauteur de 17 équivalents temps plein. Auparavant attachée aux services RH, elle a rejoint l'aventure Musée L en février 2014, par goût du défi et du projet. "Avoir la chance de créer un musée, ça n'arrive qu'une fois dans sa vie", résume-t-elle.

Le Musée L met les collections en dialogue. La scénographie créée par l'agence Kinkom tisse un bavardage inattendu entre une sculpture du Moyen Âge et un bouddha, une œuvre de Picasso et un masque africain, des écritures antiques et une machine à écrire.

Bénéficiant d'un budget d'un peu plus de 10 millions d'euros (public et privé), le Musée L, qui renferme plus de 32.000 œuvres (commentées par audio description et langage des signes), ouvrira ses portes les 18 et 19 novembre après trente mois de rénovation, sur près de 6.000 m² dont 2.580 d'exposition et sur six étages. Il compte aussi un centre de documentation, une cafétéria, une librairie, cinq espaces thématiques, trois "labs" où les étapes de création de disciplines artistiques seront recréées, une "maison des amis" à disposition des visiteurs qui pourront s'y poser et pique-niquer. Reconnu par la Communauté française, le Musée L sera ouvert six jours sur sept.

 

museel.be

   

Isabelle Morgante

 

Anne Guillaume (UCM)

"Le non-marchand, c'est à la carte"

Anne Guillaume est gestionnaire de salaires à l'UCM Brabant wallon. C'est elle qui est en charge du dossier du Musée L, inscrit au Secrétariat social depuis 2007. "Le secteur non-marchand, c'est à la carte selon les barèmes et les subventions. Il faut être très attentif. Lorsque nous commençons un dossier, je réunis les protagonistes pour un rendez-vous où nous allons mettre les choses à plat. C'est toujours embêtant de revenir en arrière, il faut prendre le temps de se poser afin de bien démarrer."

-

 

 

 

Z'ont dit
De Christine Defraigne

(MR), présidente du Sénat : "La politique reste un milieu très macho. On a beau dire le contraire, ça reste un bastion masculin. (...) Oui, on veut des femmes sur les listes. Mais après, ça devient plus compliqué." (La Libre Belgique, 26/10/17)

Wallonie - événements d'affaires

Téléchargez la brochure au format pdf (1 Mo)