UCM
Flux RSS RSS - Union & Actions, le 21 septembre 2017

publié le 30/08/2017 Imprimer Imprimer en PDF

Loyers | Burogest Office Park

Anticiper et s'adapter aux besoins de la clientèle

Laurence Soetens et Maryse Sohet (Burogest)
Dans les années 90, Burogest bousculait le service aux entreprises en utilisant des techniques innovantes comme la mutualisation de prestations. L'entreprise namuroise garde cette longueur d'avance.

Ce sont deux femmes, Laurence Soetens (administratrice déléguée depuis le 1er juillet) et Maryse Sohet (directrice adjointe) qui veillent à la pérennité de l'entreprise Burogest. Mais c'est à une troisième entrepreneuse que l'on doit la genèse de la société. Annick Crepin était en effet celle par qui tout a commencé, elle était l'âme de Burogest, jusqu'à son décès en juillet dernier. Laurence Soetens et Maryse Sohet perpétuent son travail et le font évoluer.

"Annick était infirmière de formation, et épouse d'un médecin. À un moment de sa vie professionnelle, elle a eu envie de changer d'orientation et a ouvert, chaussée de Louvain à Namur, la première implantation de Burogest. L'activité y était essentiellement médicale, on y proposait des services partagés aux cabinets médicaux et des travaux de secrétariat. Des salles de réunion et des bureaux équipés sur quatre niveaux complétaient l'offre dans une maison dont on ne pouvait logiquement pas moduler les espaces à l'envi", détaille Maryse Sohet. Les grands axes de développement de Burogest étaient posés.

D'emblée, l'activité s'est révélée novatrice et solide. Annick, seule à la tête de l'entreprise, a très vite engagé une secrétaire, suivie entre autres de Maryse en 1994.

"Nous avons toujours été attentives aux demandes du marché, d'autant plus que les services ont évolué. Cette vision avant-gardiste nous a permis de sentir assez vite la diminution de services dans le domaine médical, ainsi que le changement de profil du personnel demandé. Nous avons un personnel polyvalent, en garantissant une continuité de services et en proposant de larges horaires d'ouverture (de 8 à 20 heures en semaine et le samedi matin)", explique Maryse Sohet.

Laurence Soetens est régente en biochimie et titulaire d'une maîtrise en sciences du travail. Après avoir œuvré une dizaine d'années dans l'entreprise paternelle (une PME informatique rachetée par un grand groupe français), elle a travaillé sept ans aux côtés de son époux, fondateur de Thelis. Début 2017, la femme d'entreprise a senti le besoin de changer d'air et de mener à bien son propre projet. Elle s'est rapprochée d'Annick Crepin, qu'elle avait rencontrée dans un cercle d'affaires. Les deux femmes en sont venues à s'entendre sur la reprise de Burogest. Cette belle amitié a scellé l'avenir de l'entreprise au bas d'un contrat de transmission le 29 juin. Annick Crepin s'est malheureusement éteinte le 4 juillet.

Extension et diversification

Dans le parcours de Burogest, la promiscuité des lieux était vite devenue problématique. Les espaces n'étant pas modulables, ils ne se prêtaient guère à l'organisation de séminaires ou de conférences. Il fallait donc envisager d'investir dans de nouvelles infrastructures. Une décision prise en 2007 : l'entreprise investit alors le "Burogest Office Park" de Loyers. Durant trois ans, la PME reste présente sur deux sites. Ce n'est qu'en 2010 que le cabinet médical disparaît, ses services aussi, le tout pour se concentrer davantage au site de Loyers, avec notamment l'ouverture du restaurant d'entreprise "La Rotonde" ouvert aux clients de Burogest et au grand public.

flex office (Burogest)

"Nous offrons aujourd'hui des espaces compris entre 16 et 200 m² à quelque 25 entreprises via un contrat de service CDI ou CDD. Parmi ces clients, certains sont historiquement avec nous depuis le début de l'aventure, précise Laurence Soetens. Le core business de Burogest, c'est notamment les services de secrétariat aux professions médicales. Par exemple, dans le cas d'un cabinet de médecin généraliste, nous garantissons l'accueil téléphonique des patients, la gestion des rendez-vous et parfois même l'accueil sur place et la préparation des dossiers si le médecin le demande."

Fidèle dans sa capacité d'anticiper les modes de fonctionnement des entreprises, Burogest lance ce 1er septembre le "flex office", un espace de bureaux partagés disposant de quatre ou cinq postes de travail équipés en wifi, téléphone et matériel d'impression, où un service d'accueil téléphonique peut se greffer aisément.

"La facturation du “flex office” se fait à la minute, le client ne paie que ce qu'il consomme. Les espaces sont gérés par abonnement, donnant aussi accès à la kitchenette. Un agenda est mis en ligne, modulable en très peu de temps, pour gérer l'occupation des lieux", annonce l'administratrice déléguée. Et d'ajouter : "Les indépendants ne veulent plus travailler seuls dans leur maison, voire dans leur cuisine. Leur volonté est de rencontrer des gens, d'échanger et de partager. En s'inscrivant au “flex office”, ils parlent avec d'autres entrepreneurs, peuvent inviter des clients dans notre restaurant et bénéficient d'un pied-à-terre. Les commerciaux nomades ont un point de chute, à n'importe quel moment de la journée puisqu'ils entrent et sortent via un badge accès illimité, tandis que les entreprises étrangères peuvent réunir le personnel des succursales en un point central."

Dans l'air du temps

La volonté de Laurence Soetens et Maryse Sohet est évidemment de faire évoluer l'entreprise, dans l'esprit d'Annick Crepin, tout en collant aux réalités du terrain d'aujourd'hui. Et si les services ont été modelés au fil des années, la demande, de son côté, n'est plus la même. Il y a dix ou quinze ans, les clients utilisaient l'éventail complet des services ; ce n'est plus systématiquement le cas aujourd'hui. "Les entrepreneurs du XXIe siècle ont besoin de flexibilité. Nous sortons du modèle “une fonction égale une personne”. Chacun se doit d'être polyvalent. C'est d'ailleurs pour cette raison que nous recrutons des profils experts que nos clients utilisent pour quelques heures dans une fonction précise. Et si l'expert n'est pas disponible, nous proposons son binôme", résume Laurence Soetens.

Signe des temps, c'est d'ailleurs de spécialistes en communication et community manager que Burogest va désormais s'entourer afin de répondre aux demandes de visibilité des entreprises clientes, mais aussi de rédaction de communiqués de presse et de présence sur les réseaux sociaux.

Parallèlement, la direction de Burogest vient de mettre en place des groupes de travail au sein de son personnel, afin d'identifier les domaines de l'entreprise dans lequel il faut non seulement encore améliorer les choses mais aussi développer des projets à court terme.

L'inscription à l'un de ces six groupes est volontaire, et puisque le timing d'exécution n'est pas défini, l'équipe support et direction a choisi de laisser le temps aux membres du personnel pour fixer à la fois le rétroplanning et la liste des actions bénéfiques à l'entreprise et/ou à des services spécifiques.

Prochainement, Burogest lancera sa première activité de teambuilding entre sociétés clientes. Pour être plus que jamais dans l'air du temps et anticiper les besoins et demandes du secteur.

 

Isabelle Morgante

 

 

Carte de visite

Burogest Office Park SA

Emploi : 18 équivalents temps plein

Chiffre d'affaires : 1,7 million d'euros

avenue des Dessus-de-Lives 2

5101 Loyers

081/20.66.40

burogest.be