UCM
Flux RSS RSS - Union & Actions, le 18 novembre 2017

publié le 15/06/2017 Imprimer Imprimer en PDF

Entreprises | Employeur et salarié doivent avoir droit à l'erreur

Rétablir la période d'essai sert l'embauche et l'emploi

© Richelle
Un projet d'accord avait été conclu au "Groupe des dix" sur le rétablissement de la période d'essai. Il a été rejeté par les instances syndicales (CSC et FGTB). L'UCM le regrette mais ne renonce en rien à sa revendication : les chefs de PME sont pratiquement unanimes à réclamer un droit à l'erreur.

La période d'essai a été supprimée en 2014 sur décision unilatérale de la ministre de l'Emploi de l'époque, Monica De Coninck. La Belgique est ainsi devenue le seul pays d'Europe où cette disposition n'existe pas ! 

Les partenaires sociaux ont été invités à évaluer l'effet de cette suppression. Pour l'UCM, les choses sont claires : une grave erreur a été commise. Son étude de juillet 2015 l'a démontré puisque 93,9 % des chefs de PME francophones demandent le retour de la période d'essai.

Dans les faits, ils ont modifié leur comportement d'embauche. Quand ils le font, c'est à des conditions plus strictes et en privilégiant l'intérim et les contrats à durée déterminée. La crainte de se tromper est une réalité dans les petites entreprises, qui ne disposent pas de service spécialisé en ressources humaines. Il est justifié de donner à l'employeur, comme au salarié d'ailleurs, un droit à l'erreur.

Les syndicats ont choisi de tourner le dos à la voie de la concertation sociale, en s'écartant du calendrier tracé par l'accord interprofessionnel 2017-2018. La CSC et la FGTB ont rejeté le projet d'accord qui existait au "Groupe des dix" concernant notamment la période d'essai.

L'UCM a fait preuve de patience et a mis de l'eau dans son vin. Pour rien ! La négociation n'est plus possible. C'est donc au gouvernement de trancher la question.

Concrètement, l'UCM demande une période d'essai de six mois, identique pour les ouvriers et les employés, pendant laquelle la fin du contrat est possible moyennant un préavis de sept jours. Instaurer cette clause d'essai est un facteur de création d'emplois stables dans les PME.

Z'ont dit
De Christine Defraigne

(MR), présidente du Sénat : "La politique reste un milieu très macho. On a beau dire le contraire, ça reste un bastion masculin. (...) Oui, on veut des femmes sur les listes. Mais après, ça devient plus compliqué." (La Libre Belgique, 26/10/17)

Wallonie - événements d'affaires

Téléchargez la brochure au format pdf (1 Mo)