UCM
Flux RSS RSS - Union & Actions, le 18 novembre 2017

publié le 25/08/2016 Imprimer Imprimer en PDF

Luxembourg | Conjoncture

Embellie économique, mais tension sur l'emploi

Pierre Adam (AZ Partner)

Pierre Adam (AZ Partner) a livré son témoignage d'employeur à RTL-TVI.

Le premier semestre se clôture avec des indicateurs au vert : belle reprise des créations d'entreprises, faillites en forte baisse et chômage au plancher. Cependant, la tension sur l'emploi est vive.

Si les nouvelles entreprises augmentent de 15 % en Wallonie, la tendance est aussi à la hausse en province de Luxembourg, avec une augmentation de 19 % au cours du premier semestre. Cette reprise est encourageante dans la mesure où en dix ans, le nombre d'indépendants a diminué alors qu'il a progressé partout ailleurs. Les cessations d'activités et les faillites des dernières années ont pesé lourd dans la balance. L'arrondissement de Marche-en-Famenne compte le plus grand nombre d'immatriculations (145), devant Neufchâteau (143) et Arlon (104).

La diminution des faillites est généralisée. On en compte 76 en province de Luxembourg, soit - 16 % par rapport à fin juin 2015. Ces 76 faillites ont provoqué 122 licenciements contre 212 à fin juin 2015, soit une baisse de 43,5 % des emplois perdus. Le secteur horeca enregistre 45 licenciements, suivent la construction (24) et les garages (20).

Le nombre de demandeurs d'emploi passe sous la barre des 12.000 avec 11.951 demandeurs d'emploi à fin juin 2016. Cela représente une diminution de 6 % en un an. De plus, la province de Luxembourg possède le taux de demande d'emploi le plus bas en Wallonie. Il s'élève à 9,5 %, la moyenne wallonne étant à 14 %.

Patrons cherchent main-d'œuvre

La tension sur l'emploi n'a, elle, jamais été aussi vive. De nombreux patrons peinent à garder ou à trouver de la main-d'œuvre. La demande croissante d'emploi au Grand-Duché de Luxembourg, l'attractivité salariale, le déplacement de sièges d'activité... perturbent le marché du travail dans la province. À tel point que l'UCM a rédigé un argumentaire à l'intention de ses membres, avec un comparatif des avantages et inconvénients directs et indirects entre les deux pays.

Interviewé par RTL-TVI sur le sujet, Pierre Adam, l'un des deux patrons de AZ Partner, confirme qu'il faut être créatif pour garder ses travailleurs en Belgique. Les trente salariés actifs dans ses deux ateliers de carrosserie d'Arlon et de Bastogne connaissent les avantages que peut offrir le Grand-Duché. Mais ils sont aussi conscients de ce qu'ils gagnent en restant sur leurs terres : qualité de vie, ambiance souvent meilleure dans des entreprises familiales, management plus participatif...

Parmi les principaux secteurs touchés par le manque de main-d'œuvre figurent l'industrie et l'artisanat de la viande, la mécanique et la mécanique industrielle (soudeurs, fraiseurs...), ou encore la restauration.

Pour l'UCM Lux, il est essentiel de créer un contexte fiscal favorable aux entrepreneurs du cru. Entre 2010 et 2015, le montant total des taxes communales et provinciales frappant les indépendants a augmenté de 29 % ! L'organisation de la fiscalité locale est soumise au libre arbitre et donne lieu à une prolifération des taxes.

Z'ont dit
De Christine Defraigne

(MR), présidente du Sénat : "La politique reste un milieu très macho. On a beau dire le contraire, ça reste un bastion masculin. (...) Oui, on veut des femmes sur les listes. Mais après, ça devient plus compliqué." (La Libre Belgique, 26/10/17)

Wallonie - événements d'affaires

Téléchargez la brochure au format pdf (1 Mo)