UCM
Flux RSS RSS - Union & Actions, le 18 novembre 2017

publié le 30/08/2012 Imprimer Imprimer en PDF

Entreprendre | L'étude de faisabilité

Réfléchir avant d'agir

En savoir plus

Intéressé(e) par notre programme d'accompagnement ? Visitez notre site www.reussirmonentreprise.be et n'hésitez pas à contacter les conseillers Starter de votre province.

Le créateur se lance souvent tête baissée dans un projet de création ou de développement d'entreprise sans en mesurer les risques. Il existe pourtant un outil simple pour effectuer une première évaluation du projet : l'étude de faisabilité.

Afin d'aider les entrepreneurs à créer ou développer leur entreprise, les conseillers Starter UCM proposent un outil d'analyse qui apporte les premiers éléments de réponse à la question suivante : mon projet tient-il la route ? L'étude de faisabilité permet une première analyse de la viabilité/rentabilité d'un projet et reprend trois éléments principaux. Premièrement, le financement : de quoi ai-je besoin pour démarrer mon projet et comment le financer ? Deuxièmement, les crédits : comment trouver le bon équilibre entre les fonds propres et les crédits à court ou à long terme auprès d'institutions de crédit privées ou publiques. Troisièmement, les prévisions de rentabilité : il s'agit de dresser le compte de résultats prévisionnel sur les deux ou trois années à venir. Ces prévisions permettent de déterminer si mon projet est viable ou non.

L'étude doit bien entendu être complétée par des commentaires et conclusions qui permettront au porteur de projet de comprendre les résultats obtenus et d'accéder aux recommandations du conseiller Starter.

Cette étude est une première base de réflexion dans la mise en place du projet. Elle permet d'évaluer les risques et de déterminer s'ils valent la peine d'être pris. Elle sert notamment à déterminer le montant des investissements nécessaires et à réfléchir au montage financier à envisager. Une étude de faisabilité permet également de définir le break-even point, c'est-à-dire le chiffre d'affaires à atteindre pour pouvoir payer les charges fixes et variables. Elle va permettre au porteur de projet d'avoir une meilleure idée de la rémunération qu'il peut espérer obtenir. Il existe souvent une grande différence entre ce qui est souhaitable et ce qui est réellement possible.

L'étude de faisabilité peut aussi avoir pour conclusion que le projet n'est pas viable. C'est le cas d'un projet où le chiffre d'affaires est limité par la capacité de travail ou l'horaire d'une personne. Si en travaillant au maximum de ses capacités (ce qui est déjà très optimiste), cette personne ne génère pas un revenu suffisant pour payer l'ensemble de ses charges, le projet est tout simplement irréalisable seul.

Dernière chose : l'étude de faisabilité n'est pas seulement utile en cas de demande de crédit. Dans l'hypothèse où le projet peut être entièrement financé sur fonds propres, il est préférable de s'assurer de sa viabilité avant d'y investir toutes ses économies !

En conclusion

La réalisation d'une étude de faisabilité peut mener à l'un des trois résultats suivants. Soit le projet semble viable. Le porteur de projet peut donc se consacrer à la réalisation du plan financier (document plus complet) en vue d'obtenir un financement et/ou créer une société à responsabilité limitée. Soit le projet semble viable mais sous certaines conditions. Le créateur veillera à prendre en compte ces nouveaux éléments afin de déterminer s'il continue ou non ses démarches. Soit le projet n'est pas viable. Il est donc préférable de ne pas poursuivre les démarches ou de revoir complètement certains aspects du projet.

L'étude de faisabilité fait partie du catalogue des prestations du département Développement économique de l'UCM, accessibles à la carte ou dans le cadre d'un plan d'accompagnement personnalisé. Chacune de ces prestations peut être financée via le dispositif des chèques formation à la création d'entreprise.

 

Vivian Janssens

Z'ont dit
De Christine Defraigne

(MR), présidente du Sénat : "La politique reste un milieu très macho. On a beau dire le contraire, ça reste un bastion masculin. (...) Oui, on veut des femmes sur les listes. Mais après, ça devient plus compliqué." (La Libre Belgique, 26/10/17)

Wallonie - événements d'affaires

Téléchargez la brochure au format pdf (1 Mo)