UCM
Flux RSS RSS - Union & Actions, le 29 juin 2017

publié le 24/06/2011 Imprimer PDF

Sowaccess | Rassembler les experts en cession et acquisition de PME

Transeo : le lien manquant européen

La transmission de PME est un enjeu décisif pour l'économie européenne et une thématique chère à l'Europe. C'est dans ce contexte qu'est née Transeo, la première association européenne rassemblant les experts en cession et acquisition de PME.

Faut-il rappeler les chiffres ? Selon les estimations, chaque année, jusqu'à 690.000 entreprises, pour la plupart des PME, représentant 2,8 millions d'emplois, devront être transmises à un nouveau propriétaire au cours des dix années à venir en Europe. C'est ce qu'affirmait en 2006 la Commission européenne. Ces chiffres n'étaient pas tombés dans l'oreille d'un sourd… En mai 2009, à l'initiative du ministre wallon Jean-Claude Marcourt (PS), le premier forum européen de la transmission des PME a rassemblé, à Spa, plus de 200 experts en transmission issus de 18 pays. Depuis lors, le sujet a pris de la consistance et cette action a été suivie de la création, en décembre 2010, de la toute première association européenne rassemblant les experts privés, publics et académiques en cession et acquisition de PME : Transeo. Cette AISBL a été fondée par les trois partenaires organisateurs du forum de 2009 : la Sowaccess, filiale de la Sowalfin dédiée à la transmission d'entreprises, MKBase, société privée hollandaise, et le CRA, association nationale sans but lucratif française. Ces trois partenaires collaborent déjà depuis plusieurs années et ont eu envie "d'aller plus loin". Après avoir testé l'idée d'étendre le réseau, ils ont été convaincus, plus que jamais, de l'utilité d'une ouverture internationale. "Le point de départ de Transeo, c'est d'abord le constat qu'il n'y avait pas assez de collaboration entre le privé, le public et l'académique en matière de transmission de PME, explique Marie Depelssemaker, account manager Transeo. Or, il est intéressant de pouvoir réunir ces trois secteurs qui n'ont pas l'habitude de travailler ensemble. Par ailleurs, un tel réseau à l'échelle européenne n'existait pas auparavant."

Continuer à sensibiliser

L'association a du pain sur la planche. Un groupe de travail a entamé, début 2011, un état des lieux des environnements nationaux en matière de transmission (acteurs clés, outils, aspects techniques…). Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions, mais Marie Depelssemaker constate déjà que d'une manière générale, "tout le monde est confronté aux mêmes difficultés, malgré les spécificités économiques de chaque pays." À savoir essentiellement le manque de matching entre l'offre et la demande, la nécessité d'un accompagnement professionnel et le manque de sensibilisation à la thématique. À ce propos, Nathalie Carre, animatrice des réseaux création et transmission-reprise des CCI françaises, et membre de Transeo, rappelle que "la sensibilisation est la clé de la réussite d'une opération de transmission-reprise dans les TPE-PME."

Professionnalisme et éthique : des priorités pour l'avenir

À ce jour, Transeo compte 33 membres de 12 pays, dont 3 universités, 6 plateformes de mise en relation cédants/acquéreurs, et 24 cabinets privés de consultance. Tous avec la même conviction : ce projet permettra, par l'échange de bonnes pratiques, de s'enrichir mutuellement et, à terme, d'améliorer la qualité des cessions/acquisitions. "Sur le marché allemand du conseil en cessions/acquisitions, nous avons des milliers de 'soi-disant' conseillers, dont la majorité n'est pas qualifiée pour guider, gérer et conclure avec succès une transmission de PME type", témoigne Bernd Rüegg, CEO de la société allemande M+A Rüegg Mittelstandsberatung, qui a rejoint Transeo. Les critères qualitatifs de professionnalisme et d'éthique feront donc partie des priorités de Transeo pour les années à venir.

L.F.

Plus d'infos ? marie.depelssemaker@transeo-association.eu

Z'ont dit
De Maxime Mori,

président de la Fédération des étudiants francophones : "Les jeunes s'engagent autant qu'avant, mais de manière moins partisane. (...) C'est presque devenu une tare de dire qu'on va s'investir en politique. Cela suscite du scepticisme." (La Libre Belgique, 22/06/17)

Wallonie - événements d'affaires

Téléchargez la brochure au format pdf (1 Mo)