UCM
Flux RSS RSS - Union & Actions, le 24 septembre 2017

publié le 04/03/2011 Imprimer PDF

Portrait | Krugger Motorcycles

Moto haute couture

Frédéric Bertrand, alias Fred Krugger, a fait de sa passion son métier. Il était salarié et voulait changer de vie. Il construit désormais des motos à l'unité pour des passionnés fortunés. Et il a remporté le Championnat du monde des constructeurs de motos.

Il se nomme Frédéric Bertrand, mais il est plus connu sous le nom de Fred Krugger, une signature qui renvoie à l'histoire de la moto et aux débuts mythiques de Harley-Davidson. C'est en effet un Allemand dénommé Krüger qui a fait connaître aux jeunes William Harley et Arthur Davidson les plans d'un moteur à combustion interne. "J'ai toujours travaillé dans le sport automobile", raconte Frédéric Bertrand, la quarantaine. Des coupes et des casques de compétition trônent sur les étagères dans son atelier de Basse-Bodeux (Trois-Ponts). Un mur affiche fièrement les magazines spécialisés qui ont consacré leur première page à Krugger. C'est vrai que le gaillard est apprécié des connaisseurs aux quatre coins de la planète. "Je partais sur les circuits entre 40 et 45 week-ends chaque année, dit-il.

Carte de visite

Krugger Motorcycles
Frédéric Bertrand
rue Mionfosse 3
4983 Basse-Bodeux
080/68.45.59
0495/32.65.00
info@krugger.net
www.krugger.net

J'ai eu envie de privilégier ma vie de famille avec l'arrivée d'un premier enfant en 2000. J'étais salarié et je n'osais pas franchir le pas. Pourtant, il y avait en moi de la frustration. Celle de ne pas pouvoir m'exprimer comme je l'entendais dans mon travail. Alors, j'ai eu le courage de me lancer en tant qu'indépendant. J'avais prévu de faire de la restauration de voitures de course anciennes, mais je n'avais ni l'infrastructure ni les contacts à ce moment-là. Le début de mon aventure entrepreneuriale s'est cependant déroulé comme un heureux concours de circonstances… Je possédais une moto Ducati Monster. Je l'ai échangée contre une Harley-Davidson en pièces, que j'ai remontée. Je l'ai montrée au concessionnaire de Bruxelles. Il a trouvé que le travail était de bonne qualité. Il m'a proposé de l'échanger contre une moto en kit, comme cela se faisait à l'époque. J'ai accepté. La transition s'est déroulée de la sorte et mes copains m'ont incité à me lancer dans le secteur en tant qu'indépendant. Ce que j'ai fait. Je ne le regrette pas aujourd'hui !"

"Chaque moto est unique"

"Mais comme je suis relativement prudent, j'ai donné en parallèle des cours de carrosserie à l'IFAPME de Verviers et des cours de pilotage pour le RACB (Royal automobile club de Belgique) à Francorchamps. Cela tout en travaillant sur la transformation et l'entretien de motos, poursuit l'artisan motard. Petit à petit, la moto a pris le dessus. Et je fais bien plus que du montage complet de motos depuis 2004. J'effectue aussi des missions de recherche et développement pour de grosses compagnies du secteur, principalement des américaines. Je construis en moyenne trois motos tous les deux ans. Je travaille aussi bien pour des professionnels que pour des particuliers. Ils viennent avec une idée ou ils me laissent carte blanche. Chaque moto est construite à l'unité. Je joue à fond sur l'exclusivité du produit. Je me situe clairement dans le marché du luxe. Le prix de départ d'un tel engin est de 45.000 euros, mais il n'y a pas de limite de prix. Tout est possible. J'ai déjà vendu une moto à une énorme star d'Hollywood. Je ne peux pas publiquement la citer vu que j'ai dû signer une clause de confidentialité. Si je dévoilais le nom, l'amende serait de 100.000 dollars. À ce tarif-là, je joue le jeu du silence (rire). Cela dit, mes clients possèdent une belle culture moto et ils comprennent le cheminement de mes réalisations. Il s'agit bien souvent de réinterprétations de motos du passé, mais réactualisées avec des techniques modernes."

Champion du monde

"J'ai fait le pari de la qualité de vie. C'est elle qui me permet d'être créatif. Je travaille volontairement seul pour les mêmes raisons, avoue Mister Krugger. Je suis un partisan de l'artisanat, ma démarche est tout sauf industrielle. Je gagne ma vie ainsi et je m'amuse aussi dans mon travail." Son activité est reconnue par ses pairs. Car Fred Bertrand a remporté dernièrement le Championnat du monde constructeur moto aux USA. Il était en concurrence avec 150 participants de 27 nationalités différentes. La finale s'est déroulée à Sturgis, Dakota. Le Wallon y a présenté cette moto à géométrie variable, une innovation mondiale. "La moto avec laquelle j'ai remporté le Championnat du monde a été construite pour une société norvégienne, explique-t-il. Elle a eu l'idée de produire un engin à géométrie variable. Les brevets ont été déposés et j'ai réalisé la moto. L'utilisateur appuie sur un bouton et, un peu à la manière des 'transformers', cette moto mute. Elle passe facilement d'une moto basse à vocation de promenade à une moto plus sport, plus haute." Frédéric Bertrand a littéralement écrasé la concurrence lors de ce dernier championnat du monde avec plus de 200 points d'avance.Krugger devient aussi, avec cet engin, le premier constructeur à remporter ce titre en utilisant un moteur Harley-Davidson. Il collectionne désormais les prix aux USA : "Après être monté à trois reprises sur le podium mondial, avoir remporté le championnat américain lors de l'Artistry in Iron de Las Vegas et la victoire en P-series dans le Wisconsin, je réalise mon rêve !" Pour l'anecdote, il avait déjà été le premier Belge à participer au Championnat du monde de vitesse sur le Grand Lac Salé (Bonneville, dans l'Utah) avec une moto de sa conception.

Grâce aux TIC

"Si j'ai un message à faire passer aux autres, indépendants ou en passe de le devenir, je leur dirai de croire en leurs possibilités. Et de travailler pour y parvenir, conclut le constructeur. Les indépendants doivent exploiter leurs talents et proposer des produits originaux, exclusifs, intéressants. Il ne faut pas se passer des nouvelles technologies et il faut se remettre en question si besoin. J'ai surfé sur la vague internet pour développer mon affaire depuis mon beau petit village. D'ici, je fabrique des pièces que j'envoie en Australie comme au Japon. Et si j'ai vendu des motos en Italie, en Allemagne, en Angleterre et aux USA, ce n'est que l'an passé que j'ai reçu la confiance d'un acheteur belge. Nul n'est prophète en son pays, c'est pourquoi il faut employer tous les moyens disponibles pour faire prospérer ses affaires et ses rêves. Je me rappelle qu'au début de mon aventure, je sollicitais l'appui et le sponsoring de certains grands fabricants de pièces du milieu de la moto. Aujourd'hui, c'est l'inverse. Ils me demandent d'utiliser leurs pièces. Cela leur fait de la publicité."

Rodolphe Masuy

Z'ont dit
De Christophe Collignon,

chef de groupe PS au Parlement wallon, étonné que le nouveau gouvernement demande un audit des finances régionales : "C'est compréhensible de la part du MR. Mais le CDH ? Ils sont dans la majorité depuis 2004. Ils sont devenus amnésiques ?" (L'Avenir, 31/08/17)

Wallonie - événements d'affaires

Téléchargez la brochure au format pdf (1 Mo)